DSC_3625.JPG

Caroline

scroll

«La beauté c'est la VIE»

En tant que femme de 48 ans, la beauté c’est mon ventre trop rond que je peux parfois détester mais qui a pourtant rendu mon cœur toujours plein, puisqu’il a été le tendre nid protecteur de mes 2 enfants. 

 

C’est des rides sur mon front, forgées par mon étonnement constant devant le paysage bouleversant que je vois tous les jours en me levant, devant des rires en cascade partagés avec mes amis, devant des frissons de bonheur intense lors d’un bain dans le lac en hiver.

La Beauté c’est la VIE, et il n’y a que la grâce du temps qui s’écoule qui peut nous faire réaliser à quel point elle est sublime. On apprend donc à la célébrer à tout instant.

 

Je n’ai pas beaucoup aimé ce corps. Je l’ai forgé avec la danse, je l’ai traqué dans ses moindres imperfections. Puis, j’ai réalisé avec tendresse combien, grâce à lui, j’ai de possibilités d’atteindre le bonheur. Par une vibration, une émotion, une douleur qui se répare, le corps est un précieux allié. La vie humaine est un cadeau fragile, protégé par ce corps. J’apprends tous les jours à l’aimer mieux, ce cadeau-là, à l’aimer tout court, ce corps imparfait si complexe et si beau. Et même si c’est une lutte, une vigilance de chaque instant de rester dans la relation d’amour avec lui, je m’oblige à lui dire Merci souvent. Et c’est quand ça grince, tiraille, coince, fait mal qu’on se rend compte à quel point il faut en prendre soin.

 

En regardant mon image, vous allez peut-être me trouver belle. Moi, je n’ai vu que mes défauts. Mon ventre trop généreux, mes seins trop lourds, mes hanches et mes épaules larges et solides d’avoir trop porté de déceptions, de peines, de pleurs, de doutes, de désillusions. Puis j’ai osé regarder mon image comme je sais regarder avec tendresse les corps d’autres femmes. Et j’y ai vu des rires, de la pure générosité, de la joie, de l’amour et tant de petits bonheurs de tous les jours, énormément de bonheur en fait !

 

Pour tout ça, le projet de Milena m’a enthousiasmée. Pour que vous qui me regardiez, oui, VOUS, Madame, Monsieur, que vous vous rendiez compte qu’un corps, votre corps, n’est pas qu’un support, un produit dans la dualité j’aime/j’aime pas, beaux-belles/moches.

 

Un corps de femme de 48 ans c’est toute une histoire remplie d’émotions et pacifier son rapport avec lui c’est ça, pour moi la Beauté.