Alexandra.JPG

Alexandra
 

scroll

«Dans la forêt enchantée, une rêveuse sur son arbre perchée…»

Dans la forêt enchantée, une rêveuse sur son arbre perchée…


-    Oh oui ! Me laisser mûrir n’en est que meilleur !
-    Voilà un Big Dream, souffle la Deva
-    Vous dîtes un cauchemar ! s’écrient la grande assemblée des tabloïds, Photoshop, botox et bistouris.

D’un pas de danse, la rêveuse entame une chorégraphie arborescente afin d’observer les sillons, plis et replis de son corps.


Elle y découvre une sculpture en création. Une œuvre parmi toutes, sur le fil du temps.

Les trois grands-mères : Vibration, Information et Energie inscrivent dans ses chairs le goût des tempêtes et des sècheresses, des papillons et de la rosée. 


Dans certains territoires de sa terre se trouve des cratères de doutes et de colères, des affaissements d’attentes et de peurs.

-    C’est un peu effrayant, s’inquiète la rêveuse

Le Nord est présent à ses côtés, il danse avec elle en lui enseignant combien elle est à la fois tremblante et solide.

C’est alors que de son ventre plein, monte le chant du nectar de la toile de VIE.

-    En mûrissant, je m’allège du superflu et me charge consciemment de couleurs, de sons et de variations.

Ce qui fâne dans une réalité, se sublime dans une autre.


Je suis mon propre pas-sage vers les continents infinis de la découverte.


Mon corps est plus qu’une apparence, il est la porte vers mon autre dimension.

Sur le fil du temps, les ans enrichissent ma partition


Je vibre ma musique 


Je la danse et la ressens


Je la virevolte et la remercie.

Les bourrasques glaciales attisent le feu de la rêveuse. Elle le sent circuler en elle. 


Ça pulse fort, ça pétrit avec vents et marées.

-    Oh Oui se laisser mûrir, sculpter et se laisser raconter ce que l’on s’ignore…. Se dit-elle

Et peu à peu avec tâtonnements et précision, elle quitte son arbre-dragon…


Et peu à peu avec tâtonnements et précision, la splendeur de l’âme se révèle.